Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley

« – Mais je n’en veux pas, du confort. Je veux Dieu, je veux de la poésie, je veux du danger véritable, je veux de la liberté, je veux de la bonté. Je veux du péché.
– En somme, dit Mustafa Menier, vous réclamez le droit d’être malheureux.
– Eh bien, soit, dit le Sauvage d’un ton de défi, je réclame le droit d’être malheureux. »
Je pense que grand nombre d’entre vous connaissent ce livre qui est considéré comme un classique de la science-fiction. Pour ma part, je me suis rendue compte il y a quelques temps que malgré mon énorme passion pour la fantasy/science-fiction , j’avais lu très peu de classique de ces genres (si vous en avez à me conseiller, n’hésitez pas !).
Le Meilleur du monde parle donc d’une société futuriste (c’est mieux quand on écrit de la SF, non ?) où les humains sont fabriqués en laboratoire et élevés dès leur naissance pour correspondre a une des 4 classes, de la plus élevé les Alphas à la plus basse les Epsilons. On va retrouver dans ce contexte très riche, plusieurs personnages. Dans la premier partie du roman, on rencontre Bernard Marx un Alpha Plus qui est rejeté par les autres à cause de son apparence physique particulière et Lénina Crowne, une jeune femme Beta Plus (les Betas sont la caste juste après les Alphas) qui est très belle. Ils vont tous les deux partir en excursion dans une « réserve » c’est à dire un endroit où les gens vivent en marge de cette société.  La société créé par Aldous Huxley est énormément complexe et je pourrai vous en parler pendant des heures mais ce que je préfère dans les mondes/sociétés imaginais c’est de découvrir tous les petits détails inventé par l’auteur et je n’ai pas envie de gâcher ça aux personnes qui désireraient lire le livre, je resterai donc brève sur l’intrigue et les personnages.
Le Meilleur des mondes est clairement une dystopie (petite parenthèse j’ai entendu sur plusieurs endroits que Le Passeur de Loïs Lowry était la première dystopie mais pas du tout, arrêtons cette erreur ! ce livre est certainement la première dytopie jeunesse mais on écrivait déjà de la dystopie en 1932). Le but de ce genre de roman est de créer une société futuriste sombre pour dénoncer la nature humaine et les problèmes d’aujourd’hui. Le Meilleur des mondes a donc été écrit il y a plus de 80 ans mais sa réflexion est encore très pertinente aujourd’hui.  C’est très pessimiste et l’auteur ne laisse guère d’espoir ce qui ne me gêne pas du tout mais pourra peut-être dérangé certain.
Je pense qu’étudier ce livre en profondeur doit être très intéressant car je pense qu’aucun détail n’a été laissé au hasard et que j’ai sûrement dû louper des choses pendant ma lecture. Je trouve que la démarche est vraiment intéressante car dans ce meilleur des mondes qui paraient aux yeux des lecteurs affreux, certains personnages arrivent à être heureux comme Lenina par exemple en première apparence en tout cas. Pendant toute la première partie du roman, qui est très descriptif de la société (peut-être un peu trop), aucun signe nous montre que ce système déplaît à quelqu’un ou est contesté et ça change de tout ce que j’ai pu lire en dystopie.
Le style littéraire ne m’a pas vraiment plu ni déplu, je l’ai lu en français donc je me dis que peut-être la traduction ne rend pas vraiment justice à la plume de Huxley. Dans tout le livre de nombreuses références sont glissés à des personnes réels (comme les noms des personnages) ou à d’autres œuvres ce qui me plait énormément. L’exemple le plus frappant est celui du Sauvage qui s’exprime constamment en citant Shakespeare. Je n’ai lu que deux pièces de Shakespeare (Le Songe d’une nuit d’été et Roméo et Juliette), j’ai trouvé toutes ces citations très intéressantes surtout qu’elles sont parfois tiré d’oeuvre du dramaturge anglais peu connu et toujours placé très intelligemment. Par contre, une nouvelle fois je sais pas si c’est du à la traduction, passer du style de Huxley à celui de Shakespeare comme ça du coq à l’âne est parfois vraiment étrange surtout dans le récit, dans les dialogues le problème se pose moins.
En tous cas, je vous conseille vraiment ce livre car la réflexion est vraiment enrichissante et même si le style ou les personnages ne m’ont pas spécialement plu, le message me restera pour un moment en tête je pense.
Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley
Pocket
1932
Note Livraddict : 18/20
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s